Dans le fanzine

En Europe, en moins de deux siècles, des milliers de femmes ont été torturées et assassinées. Pendues, noyées et brûlées vives. Les chiffres ne sont pas connus avec précision.

En Suisse, 60’000 personnes ont été condamnées à mort, c’est le pays où le taux d’exécutions est le plus élevé par rapport au nombre d’habitants entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

Face à une histoire d’omissions, on parle aujourd’hui de plantes de sorcières. Nous parlons du lien entre la nature et le pouvoir de guérison que les femmes ont toujours possédé: oralité et géographie, secrets et recettes pour guérir toutes sortes de maux.

Vivre en équilibre avec la nature n’était pas considéré comme “rationnel”, devenant une menace pour l’ordre social et commençant rapidement à être éliminé au nom du progrès, de la morale et de la religion. Des rumeurs misogynes se répandirent dans toute l’Europe, argument pour valider la torture et le génocide. Tout ce qui est synonyme d’autonomie a été détruit et usurpé.

Depuis l’Antiquité, les femmes ont utilisé le pouvoir des plantes médicinales, étant craintes et persécutées pour cela. À l’époque où la médecine a commencé à se développer en tant que science, des milliers de femmes et de guérisseuses ont été assassinées ; accusées d’être hérétiques. Les femmes étaient condamnées pour avoir utilisé des plantes pour contrôler la fertilité et la reproduction, pour soulager les douleurs pré-menstruelles ou post-partum, douleurs qu’elles devaient accepter du fait d’être les filles du péché et l’incarnation de tout mal pour l’homme.

Ce fanzine a été créé dans le but d’étendre les connaissances issues des pratiques ancestrales qui ont survécu à la chasse aux “sorcières”. Ce fanzine est un acte de mémoire active, une tentative de faire circuler les voix de celles qui ne sont plus là, de toutes celles dont on ne connaîtra jamais le nom, mais que nous reconnaissons comme faisant partie de notre histoire.

———————————————————————————————————————————————–

Nous partageons le savoir que les femmes des montagnes valaisannes ont reçu génération après génération. La survie de cette connaissance a coûté la vie à de nombreuses femmes. Aujourd’hui nous la faisons circuler comme sève vitale/mémoire/résistance.               

Après avoir visité Isabelle Gabioud et Germaine Cousin, à Sarrayer et Saint-Martin, nous avons rassemblé dans cette publication les connaissances sur les plantes médicinales que nous partageons avec vous. Nous sommes ensuite allées à la montagne récolter de la terre pour les plantes. Nous partons de Sierre celles-ci, que vous pouvez trouver aujourd’hui à La Grenette, n’hésitez pas à les utiliser.       

Nous remercions toutes les personnes qui ont rendu ce projet possible et qui ont partagé avec nous leur savoir – temps – confiance: Isabelle, Germaine, David, Anca, Carlos, Seba, Lucie, Charles, Federica, Anne-Julie, Camille, Alejandra et  l’espace récréatif de la Grenette -.

//Fanzine libre de propriété intellectuelle et libre d’être reproduit sous n’importe quel format // Il s’agit d’une action anti-patriarcale // plantasbrujas.art.blog / / Réalisé par Andrea Herrera et Caterina Giansiracusa //Sierre – Lausanne // Printemps 2019//

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...